Turner William

«Peintre anglais, né à Londres le 23 avril 1775, mort à Chelsea le 19 décembre 1851. Fils d'un pauvre perruquier, il se lia dans son enfance avec Thomas Girtin et peignit comme lui des aquarelles (cet artiste très bien doué mourut à vingt-sept ans, à la suite de débauches): les deux amis intéressèrent à leurs efforts le docteur Munro qui leur permit de copier les dessins de sa magnifique collection et achetait une demi-couronne leurs croquis. En 1789, Turner entra comme élève à l'Académie royale et, l'année suivante, il exposa une Vue du palais de l'archevêque de Lambeth: depuis cette époque, il exposa tous les ans à l'Académie jusqu'à sa mort (sauf en 1821, 1824 et, 1848), et le chiffre de ses envois s'élève à 259, c.-à-d. la moitié environ de son œuvre, si l'on en excepte ses aquarelles dont le nombre est incalculable. Ses tableaux, paysages et marines d'Angleterre, ne tardèrent pas à lui valoir une grande réputation, si bien qu'il devint dès 1802 membre titulaire de l'Académie. Influencé d'abord par la manière terne et froide mise à la mode par Richard Wilson, Turner subit ensuite l'influence des Hollandais Guillaume Van de Velde, Cuyp, puis celle de Claude Lorrain et du Poussin, surtout du premier. Ses voyages en Écosse, en France (1802), en Suisse, sur les bords du Rhin, agrandirent son horizon. En 1807, il fut nommé professeur de perspective à l'Académie royale, mais n'y donna des leçons que peu d'années. L'année suivante, il commença la publication d'un recueil de ses esquisses sous le nom de Liber Studiorum, puis imita le Liber Veritatis de Claude Lorrain. La séduction exercée par le grand paysagiste français sur Turner a laissé une trace visible dans ses tableaux. «Il aimait comme lui les grands horizons baignés d'une douce lumière, les lointains vaporeux, les splendeurs dorées du soleil couchant.» Mais son originalité a connu des hardiesses ignorées de Lorrain; dès 1806, il exposait un Soleil se levant dans le brouillard National Gallery), où se marque la maîtrise de son talent. Il a beaucoup aimé l'Italie où il a séjourné à trois reprises, en 1819, 1829 et 1840. Pendant soixante années, il a travaillé sans relâche: un sentiment admirable de vérité et de poésie illumine ses crépuscules et ses aurores; c'est un des plus grands peintres de paysage de l'école anglaise. A la fin de sa vie, l'artiste se livra plus entièrement à sa fantaisie dans la lumière: à partir de 1835, ses tableaux ressemblent à de lumineuses visions à travers le brouillard, à des arcs-en-ciel, à des feux d'artifice; le jaune et le rouge se mêlent et s'opposent sur des fonds blancs. La singularité de sa dernière manière a rencontré des admirateurs enthousiastes. En dehors de ses grandes compositions, Turner a exécuté d'innombrables illustrations pour les éditions luxueuses de Walter Scott, Samuel Rogers, Byron, Thomas Moore; les "Keepsakes" contiennent presque toujours quelques-uns de ses dessins, vues de Venise noyée dans une vapeur dorée, barques glissant dans un pâle rayon de lune, larges paysages arcadiens où se jouent les nymphes de Diane, colonnades fuyant dans la perspective de fantasques architectures. Tous ces sujets étaient peints à l'aquarelle, avec une merveilleuse légèreté des ombres, colorées et lumineuses: Turner est considéré par les Anglais comme le maître du genre. Tant d'œuvres universellement admirées et payées fort cher avaient enrichi le peintre. Mais il ne voulut pas jouir de sa fortune et, à la fin de sa vie, rechercha la solitude: il quitta sa maison de Queen Anne Street, bâtie en 1812, rompit toute relation avec le monde, changea de nom et se retira dans un pauvre logement de Chelsea, de l'autre côté de Westminster; il y passa les dernières années de sa vie, dans une solitude absolue, inabordable, inconnu même de l'hôtelière qui le logeait. Il a légué ses tableaux à la nation et 200 000 livres sterling pour la construction d'un asile en faveur des artistes pauvres. La National Gallery à Londres contient 412 de ses tableaux et, dans ce nombre, la plupart de ses œuvres maîtresses: Jason, la Forge, Apollon et Python, le Naufrage, Didon et Enée, la Chute de Carthage, la Baie de Baïa, Ulysse et Polyphème, la Traversée des Alpes par Annibal, l'Entrée du port de Calais.»

En savoir plus

Trier

Château de Norham, Lever de soleil
Château de Norham, Lever de soleil

Turner William

Dimensions : 122.00 x 78.00cm

Dès 264 €

Supprimer
Cortège de bateaux et fumée au lointain, Venise
Cortège de bateaux et fumée au lointain, Venise

Turner William

Dimensions : 121.00 x 90.00cm

Dès 271.2 €

Supprimer
Coucher de soleil sur un lac
Coucher de soleil sur un lac

Turner William

Dimensions : 123.00 x 91.00cm

Dès 271.2 €

Supprimer
Dido construisant Carthage
Dido construisant Carthage

Turner William

Dimensions : 232.00 x 156.00cm

Dès 262.8 €

Supprimer
Lever de soleil et monstres de mer
Lever de soleil et monstres de mer

Turner William

Dimensions : 122.00 x 92.00cm

Dès 267.6 €

Supprimer
Ombre et obscurité - le soir du déluge
Ombre et obscurité - le soir du déluge

Turner William

Dimensions : 78.00 x 79.00cm

Dès 267.6 €

Supprimer
Paysage avec un fleuve et une baie au lointain
Paysage avec un fleuve et une baie au lointain

Turner William

Dimensions : 123.00 x 94.00cm

Dès 262.8 €

Supprimer
Pluie, vapeur et vitesse
Pluie, vapeur et vitesse

Turner William

Dimensions : 122.00 x 91.00cm

Dès 267.6 €

Supprimer
Staffa, La Caverne de Fingal
Staffa, La Caverne de Fingal

Turner William

Dimensions : 121.00 x 91.00cm

Dès 267.6 €

Supprimer
Tempête de neige
Tempête de neige

Turner William

Dimensions : 122.00 x 92.00cm

Dès 267.6 €

Supprimer
The Fighting
The Fighting "Temeraire"

Turner William

Dimensions : 122.00 x 91.00cm

Dès 267.6 €

Supprimer
Ulysses bravant Polyphemus
Ulysses bravant Polyphemus

Turner William

Dimensions : 203.00 x 133.00cm

Dès 270 €

Supprimer

Vous n'avez pas trouvé votre toile ?

Demandez-la nous